Les quarantaines

La quarantaine « froide »

La quarantaine est une méthode de prévention et de gestion des risques liés aux maladies infectieuses. Cette mesure barrière correspond à un isolement social et sanitaire, en bâtiments clos empêchant toute propagation de pathogène entre les animaux et le personnel soignant. Les nouveaux pensionnaires recevront un ensemble d’examens médicaux afin de dresser un bilan de santé, d’aiguiller la prise en charge et les traitements spécifiques. Notons que le dépistage des maladies comme la tuberculose, des hépatites et du SIV[1] est systématique. C’est ce que nous appelons la quarantaine froide.

L’accès aux quarantaines est limité au personnel autorisé et formé aux pratiques d’hygiène et de sécurité (HQSE). Le personnel soignant et les animaliers doivent revêtir un équipement individuel de protection (EPI) composé de lunettes de protection, blouse, gants et masques. Chaque quarantaine dispose d’un SAS de décontamination[2].

La quarantaine « chaude »

Il existe un autre type de quarantaine au Centre De Primatologie (CDP) : la quarantaine dite « chaude ». Elle possède des standards de sécurité élevés. Elle n’est utilisée que pour les pensionnaires dont nous ignorons l’antécédent médical des 21 derniers jours. En effet, cette période d’isolement est nécessaire pour l’incubation de pathogènes de classe 4 provoquant des maladies à hauts risques comme  le virus Ebola (21 jours d’incubation). Ces pathogènes sont caractérisés par une propagation et une mortalité élevées, avec l’absence de vaccin et de traitement efficace connus. Pour cette quarantaine, l’accès est strictement limité au personnel habilité, avec une application de mesures de sécurité renforcées : un équipement plus complet composé d’une combinaison, gants, masques et charlottes à usage unique ainsi que l’utilisation de bottes et de lunettes de protection décontaminées à chaque utilisation.

A la fin de la période de quarantaine et selon les résultats des tests sanitaires, le nouveau pensionnaire est introduit dans un groupe de ses congénères en attendant que le CDP et Save Gabon’s Primates ne puissent le réhabiliter en milieu naturel.


[1] Simmian Immunodepressiv Syndrom, l’équivalent du SIDA chez les singes

[2] Le SAS de décontamination est une pièce sécurisée qui permet le passage de matériel entre deux zones de niveaux de propreté ou de classes différents. C’est également l’endroit où le personnel s’équipe et décontamine tout objet sortant de la quarantaine (EPI, outils médicaux…).

Orphelins, rescapés du braconnages et primates détenus captifs saisis, passent par la quarantaine sanitaire avant d’être insérés dans un groupe de leurs pairs et d’être réintroduits en milieu naturel