Les Patas

Patas (Erythrocebus patas)

Famille : Cercopithecidae

Genre : Erythrocebus

Zones géographiques : (Afrique de l’ouest) Bénin, Burkina Faso, Centrafrique, Tchad, RDC, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Kenya, Mali, Mauritanie, Niger, Nigéria, Sénégal, Sierra Leone, Sud Soudan, Soudan, Tanzanie, Togo, Ouganda

Régime alimentaire : Omnivore à prédominance végétarienne, baies, fruits, haricots, herbes, graines et gousses

Type d’habitat : Forêts, savane, prairies

Taille moyenne : 28 à 50 cm

Niveau menace : Least concern – Préoccupation mineure (en savoir +)

Répartition géographique du Patas

Habitat et écologie

Le patas est le primate le plus rapide à la course : il peut atteindre 55km/h. Il arbore un pelage roux avec le ventre et les pattes blanches. Il mesure environ 50 à 70 cm pour un poids allant de 7 à 13kg – il y a un fort dimorphisme sexuel. Les patas jouissent d’une grande capacité d’adaptation. Dans toutes les régions où ils ont été observés, ils semblent s’habituer facilement à la présence humaine. En effet, ils affectionnent les points d’eau artificiels et se perchent sur les grillages et les palissades pour observer leur environnement. Ils sont d’ailleurs considérés comme des animaux nuisibles par les cultivateurs.

Le patas est une espèce diurne qui vit en groupe de 6 à 30 individus. La nuit, les groupes peuvent se répartirent sur une large superficie, limitant ainsi les pertes sévères dues aux prédateurs.

Menaces

Chasse et piégeage d’animaux

Agriculture

Exploitation forestière et récolte du bois

Au Centre De Primatologie

Le Patas du Centre de Primatologie a dû beaucoup voyager car on ne retrouve pas cette espèce au Gabon ni en Afrique centrale. Son parcours illustre la dimension et les circuits du trafic d’animaux. Il a été saisi auprès d’un soldat à Bangi en Centrafrique avec sa sœur, aujourd’hui décédée. Actuellement, il loge seul dans une volière en attendant de pouvoir être réhabilité en milieu naturel.

Mozart, le seul Patas du Centre De Primatologie

Sources

Annie Gautier-Hion. Dimorphisme sexuel et organisation sociale chez les Cercopithécinés forestiers africains. Mammalia, De Gruyter, 1975, 19 (3), pp.365-374.