Les contrôles sanitaires au CDP

Qu’est-ce qu’un contrôle sanitaire et pourquoi devons-nous en faire ?

Le Centre De Primatologie (CDP) est un département du Centre Interdisciplinaire de Recherche Médicale de Franceville (CIRMF) qui travaille à l’interface conservation-santé. Ainsi, il a une obligation sanitaire, en contrôlant non seulement l’état de santé des pensionnaires du CDP mais également en s’assurant que les primates saisis sont indemnes de certaines pathologies d’intérêt avant leur réhabilitation. En effet, selon l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, il est interdit de relâcher dans la nature des animaux « malades » ou avec des soucis de santé. Cela permet également de vérifier que nos 250 pensionnaires vont bien.

Que cherchons nous ?

Différents contrôles sont réalisés : consultation vétérinaire, prises de sang, prise de selles, identification (puces, tatouages), déparasitage. Comme nous, les primates non-humains peuvent être touchés par diverses maladies. Par exemple, nous injectons la tuberculine sous la paupière pour vérifier qu’ils n’ont pas la tuberculose.  Le sang récupéré est ensuite envoyé dans les laboratoires du CIRMF afin de vérifier que les animaux ne sont pas atteints de certaines maladies. Les analyses sont faites sur tous les éléments composant le sang tels que le taux de globules rouges, globules blancs, les lymphocytes etc. Les parasites sanguins tels que le paludisme ou les filaires sont également contrôlés ainsi que le l’état fonctionnel de certains organes nobles tel que les reins, le foie.

Les pathologies qui font peur

Les pathologies ou maladies importantes sont celles qui représentent un intérêt du fait de leur possible impact sur la santé et par ricochet sur la conservation. Si un sujet est par exemple porteur du virus Ebola, Marburg, hépatite, tuberculose ou SIV, il pourrait constituer une source de contamination et/ou de mortalité pour les autres primates et le personnel en charge des programmes de réintroduction. C’est pourquoi, ces pathologies sont les principales maladies qui font peur. Nous devons donc nous assurer à l’issue de la quarantaine sanitaire, que le sujet à réintroduire est indemne de ces maladies.

Comment se déroule le contrôle sanitaire au CDP ?

Cette année, le contrôle sanitaire a commencé par la colonie de Cercopithèques à queue de soleil (ou solatus) nous permettant d’avoir un meilleur suivi de nos individus. Pendant le contrôle sanitaire tout le monde se voit attribuer un rôle bien précis pour coordonner toutes les étapes de l’opération. Les solatus étant dans un enclos en semi-liberté, il faut d’abord les capturer dans leur zone de nourrissage. Une fois cette mission accomplie, les vétérinaires vont « flécher » soit « endormir » les animaux capturés. Dès que tout le monde dort, il faut se dépêcher pour effectuer toutes les tâches telles que l’identification (puce et tatouage), prélèvement sanguin et vérifications vétérinaires. Nous devons éviter de prolonger l’anesthésie de l’animal. Une fois tous les individus identifiés, les solatus ont pu rejoindre la zone de nourrissage de leur enclos et se réveiller tranquillement avant de retrouver la semi-liberté. Lors de ce contrôle sanitaire, nous avons eu le plaisir de découvrir qu’une des femelles solatus attendait un bébé. Une échographie a donc été réalisée avant le retour en enclos.


Article par Lucie Marchais,Master 2 Environmental managment and sustainable development, bénévole de l’association.