Les grands singes du Gabon : des espèces fortement menacées

1-PROBLEMATIQUE

Figure 1 : Les concessions forestières et populations de grands singes en Afrique Centrale

La quasi-totalité des gorilles et environ un tiers des chimpanzés du monde vivent dans les forêts tropicales humides d’Afrique équatoriale occidentale (Figure1). Les gorilles de plaine de l’Ouest (Gorilla gorilla gorilla) et le chimpanzé d’Afrique Centrale (Pan troglodytes troglodytes) sont en danger critique d’extinction dans ces forêts à cause de la conquête fréquente des nouveaux environnements forestier par les activités anthropiques. Au Gabon, il existe deux sous-espèces de grands singes qui sont sympatriques sur plus de 99% de leur aire de distribution qui couvre toutes les forêts de ce pays (Figure2).

Le Gabon a fait face à une diminution de 50% de ses effectifs ces 20 dernières années. La population de chimpanzés communs est estimée à environ 40000 individus. Aujourd’hui une proportion importante des populations de chimpanzés et des gorilles vit dans des concessions forestières. Comme partout en Afrique centrale une bonne partie des concessions forestières se trouvent dans des zones identifiées comme étant d’un intérêt exceptionnel pour la conservation des grands singes (Figure1). La chasse illégale, le commerce de viande de brousse et le marché d’animaux de laboratoire et d’agrément contribuent fortement à ce déclin et laissent derrière eux de nombreux orphelins. Selon les prévisions, les tendances actuelles se poursuivront en l’absence de mesures immédiates d’atténuation des menaces. Les connaissances actuelles concernant les grands singes sont disparates : les menaces qui pèsent sur ces primates, la réalité de leur déclin ainsi que leur rôle écologique sont peu connus. Ce sont ces éléments importants qui nous ont conduits à cette brève communication sur les grands singes du Gabon qui sont fortement menacés par les activités humaines.

Figure 2 : La forêt gabonaise (85% de la superficie du pays) et les deux espèces de grands singes rencontrées dans ce vaste domaine

2-QUELS SONT LES FACTEURS DE L’EXTINCTION

Au Gabon, les facteurs qui favorisent le déclin des populations des grands singes sont nombreux. Hormis les maladies infectieuses, les activités humaines ont largement contribué à la modification des écosystèmes forestiers. En outre, l’action de l’Homme sur l’écosystème n’est pas sans conséquences dans la disparition des populations de grands singes. En effet, de tous les facteurs humains les plus importants sont : l’expansion de l’agriculture, braconnage, anthropisation des forêts et les maladies infectieuses (Figure 3). Ainsi l’altération de l’habitat et les perturbations occasionnées par l’Homme peuvent entraîner des modifications des régimes alimentaires des grands singes, de leurs comportements, de leur vulnérabilité face aux maladies, ainsi que de leur abondance et de leur distribution. Ces changements peuvent avoir un impact sur leurs chances de survie à court et à long terme. Aussi, l’étendue réelle et les conséquences des actions de l’Homme sur les écosystèmes n’ont pas cessé de croitre. Que nous réserve l’avenir si des mesures strictes ne sont pas prises ?

Figure 3 : Activités humaines favorisant la disparition des grands singes

3-A SAVOIR ET A RETENIR

La disparition d’une espèce de grands singes serait une immense perte en termes de biodiversité africaine. Alors, sauvons les derniers grands singes sauvages et soyons le rempart entre leur survie et leur disparition. Les gorilles, chimpanzés et bonobos sont strictement protégés par le Convention sur commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES). Toute tentative de transport et de détention sans un permis CITES valable est illégale. La corruption facilite le trafic. Restons vigilants, dénonçons au lieu d’être participant au déclin des grands singes. Les perspectives de conservation de ces espèces en danger seront nettement meilleures si les compagnies forestières mettent en œuvre des politiques de gestion dans leurs concessions. Cette communication souligne la nécessité de conserver les grands songes (chimpanzés et gorilles) à l’échelle locale mais aussi continentale.

Soyons les garants de la protection de la biodiversité africaine et préservons la pour les générations futures.


Article rédigé par Dr Larson Boundenga, chercheur en biologie, écologie et évolution des pathogènes, Chargé des relations extérieures de Save Gabon’s Primates & Dr Barthélémy Ngoubangoye, vétérinaire, chargé de recherche CAMES, chef du service de primatologie, Président de Save Gabon’s Primates.

Initialement publié en juin 2016, source : https://www.researchgate.net/publication/307908452_Les_grands_singes_du_Gabon_des_especes_fortement_menacees