Le Cercopithèque à queue de soleil et ses besoins de conservation

Parmi la riche faune composant la biodiversité gabonaise se trouve un primate insaisissable, le cercopithèque à queue de soleil (Allochrocebus solatus ou Cercopithecus solatus). A. solatus est endémique du Gabon, découvert par des scientifiques en 1984 puis décrit pour la première fois en 1988 [1]. Les chasseurs connaissaient auparavant cet animal appelé « Mbaya » dans les dialectes Adouma et Banjabi, et « Kage » dans le dialecte du Saké. Inscrit comme espèce « quasi menacée » sur la Liste Rouge de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature), il est également déclaré comme espèce entièrement protégée par le gouvernement gabonais depuis 1994. Ce primate est facilement reconnaissable à son dos brun-roux, sa gorge blanche et sa longue queue se terminant par un jaune-orange vif [1][2]. A. solatus a un régime alimentaire éclectique et opportuniste, composé principalement de fruits, de légumes, mais aussi de racines, de graines, d’écorces, de fleurs, de feuilles et d’insectes.

Distribution géographique d’A.solatus

Environ 16 % de son aire de répartition est protégée dans les parcs nationaux de la Lopé, de Waka et de Birougou, mais sa plus forte densité se trouve dans la Forêt des Abeilles, non protégée [2][3] (Figure 1 & 2). Étant semi-terrestre, A. solatus est vulnérable aux pièges, faisant de la chasse commerciale une menace croissante [2]. De ce fait, il n’est plus signalé dans certains villages de son aire de répartition [3][4]. La population d’A. solatus, encore inconnue à ce jour, pourrait donc être soumise à un déclin considérable. En outre, de nombreuses autres menaces telles que la perte d’habitat, principalement due à l’exploitation forestière, et les effets du changement climatique pourraient affecter la répartition géographique d’A. solatus [5], faisantde ce primate une espèce dont la conservation est immédiate et critique.

Figure 1 : Carte de répartition des A.solatus, d’après une étude menée par Save Gabon’s Primates

La colonie d’A.solatus en semi-liberté du CIRMF

Dans le cadre de la préservation et de la protection de cette espèce menacée, une colonie a été fondée en semi-liberté au sein du Centre de Primatologie du Centre International de Recherches Médicales de Franceville (CIRMF) au Sud-Ouest du Gabon. L’objectif est d’explorer la possibilité de relâcher des individus dans des zones naturelles protégées.

La colonie de cercopithèques à queue de soleil a été établie entre 1984 et 1987, dans une grande volière extérieure à partir de six individus sauvages [1]. En février 1995, la colonie de dix individus, dont 3 membres fondateurs nés à l’état sauvage et de leur descendance, est transférée en semi-liberté dans un enclos forestier de 0,7 ha [1][6][7]. Cette colonie a été initialement créée pour faciliter l’observation d’A. solatusà la suite de sa découverte, et ainsi mener les études nécessaires à la description et à la compréhension de l’espèce.

La figure 3, ci-après, retrace l’historique de la colonie depuis sa création en 1995 (Figure 3).  Un nombre important de bébés âgés de moins d’un an sont décédés durant les périodes 2002-2003 et 2009-2016. Ces décès révèlent un taux de consanguinité élevé, qui à l’état sauvage est évité par la migration des mâles en cours de maturation sexuelle, du groupe natal [6]. Afin de pallier cette problématique au sein de la colonie, 5 primates (3 mâles et 2 femelles) ont été introduits dans l’enclos. Depuis lors, la colonie s’est développée et se compose actuellement 33 individus dans un enclos de 0,7 ha. Si cette colonie a permis d’acquérir de précieuses connaissances sur cette espèce, elle a cependant bientôt dépassé sa capacité d’accueil.

Croissance démographique des A.solatus dans l’enclos de semi-liberté du CIRMF depuis 1995, d’après une étude menée par Save Gabon’s Primates (la flèche violette correspond à l’introduction de 5 primates sauvages dans l’enclos)

Projets d’études pour la conservation d’A.solatus

La conservation d’A. solatus est immédiate et critique. Dans ce contexte, il est urgent de définir les besoins de conservation et les menaces potentielles liées à la distribution, à la biologie et à l’écologie de l’espèce.

Le premier projet se concentre sur l’étude de nouvelles zones, telles que le parc national d’Ivindo et les villages d’Omoï et d’Itoko (situés en dehors de l’aire de répartition) (Figure 3). Cette étude se base sur des interviews avec les chasseurs, les villageois et les fonctionnaires, puis sur des observations directes ou indirectes par installation et enregistrement de caméras cachées. Cela permettra ainsi de clarifier sa répartition dans trois régions du Gabon.

Figure 3 : Carte de répartition des A.solatus avec sites d’investigation, d’après une étude menée par Save Gabon’s Primates

 Le second projet porte sur le relâché d’une partie des A. solatus de la colonie en semi-liberté du CIRMF dans une zone protégée. Celui-ci, en partenariat avec l’ANPN (Agence Nationale des Parcs Nationaux), permettra l’observation et un suivi minutieux sur une durée minimale de 6 mois, grâce à la pose de balises GPS sur certains individus.

Le troisième point concerne le soutien des lois, règlements et politiques du gouvernement gabonais interdisant la détention, le transport, le commerce, la chasse et le piégeage d’A. solatus, à travers des campagnes d’informations et de sensibilisation (ateliers, réunions, conférences, séminaires …) au sein des communautés locales, écoles et différents sites.

 Ces divers projets pourraient représenter une action considérable pour la conservation d’A. solatus. Par la même occasion, ils permettraient de générer de nouvelles connaissances sur son écologie tout en contribuant à l’évaluation de l’état de conservation du Cercopithèque à queue de soleil d’une manière conforme aux critères de l’UICN.


Bibliographie

Etudes menées en interne à Save Gabon’s Primates par Chloé Lozano, Serge Eli Dibakou, Mélanie Foutrel et Cyr Moussadji-Kinga

[1] Harrison MJS (1988) A new species of guenon (genus Cercopithecus) from Gabon. Journal of Zoology 215:561–575. https://doi.org/10.1111/j.1469-7998.1988.tb02860.x

[2] Brugière D, Gautier J-P (1999) Status and conservation of the sun-tailed guenon Cercopithecus solatus, Gabon’s endemic monkey. Oryx 33:67–74

[3] Coad LM, Tanga J-J, Maisels F, et al (2010) New Range Limits of the Sun-Tailed Monkey, Cercopithecus solatus , in Central Gabon. Primate Conservation 25:33–41. https://doi.org/10.1896/052.025.0108

[4] Ziegler S, Fa JE, Wohlfart C, et al (2015) Mapping bushmeat hunting pressure in Central Africa. Biotropica 48:405–412

[5] Abernethy K, Maisels F, Coad L (2019) Allochrocebus solatus. The IUCN Red List of Threatened Species

[6] Peignot, P., Fontaine, B. & Wickings, E.J. (2002). A preliminary study on the social relationships in a semi- free ranging colony of sun-tailed monkeys (Cercopithecus solatus), a species recently discovered in Gabon. Primates 43: 139-146.

[7] Peignot, P., Fontaine, B. & Wickings, E.J. (1999). Habitat exploitation, diet and some data on reproductive behaviour in a semi-free ranging colony of Cercopithecus lhoesti solatus, a guenon species recently discovered in Gabon. Folia Primatologica 70: 29-36.


Article rédigé par Chloé Lozano, Ingénieure en infectiologie, bénévole de l’association