Transfert de gorilles du Parc Assango vers le Projet Gorilles Fernan Vaz (PGFV)

Le mois dernier et plus précisément durant la période du 17 au 25 octobre 2020, les agents du Centre de Primatologie du CIRMF et l’association Save Gabon’s Primates (SGP) ont effectué le transfert de deux gorilles du Parc Assango de Libreville vers le Projet Gorilles Fernan Vaz (PGFV), situé près de la ville d’Omboué dans la province de l’Ogooué Maritime. Une opération délicate, réalisée avec brio.

Samedi 17 octobre, une équipe du CIRMF et l’association SGP composé du Dr Barthélémy Ngoubangoye, Dr Larson Boundenga, M. Alain Ontsia et Mme Mélanie Foutrel a pris la route en direction de Libreville.

Niout, la femelle de 75kg
Maya, la jeune gorille

Après deux jours de voiture, l’équipe s’est rendue au Ministère des Eaux et Forêts (MINEF) lundi matin afin d’organiser une réunion technique avec tous les acteurs de la mission de transfert de gorilles qui allait se tenir le lendemain. Cette rencontre technique réunissait les agents MINEF, ANPN, CIRMF, la presse (RFI, TV5) et Mme Sylvie Millet propriétaire du Parc Assango et détentrice des deux gorilles. À l’issue de cette réunion, le programme du transfert était fixé. L’objectif : réduire au maximum le temps de trajet afin d’éviter toute source de stress supplémentaire pour les gorilles sachant que leur espèce est particulièrement sensible. Il faut rappeler que le gorille des plaines (gorilla gorilla) est une espèce protégée au Gabon, classée «En danger critique d’extinction» par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). Aujourd’hui, le déclin de la population de gorilles des plaines aurait fait chuter leur nombre à environ 316 000 individus, rendant ainsi cruciale toute initiative de conservation de cette espèce.

C’est en pirogue, sur une île au large de Libreville, que s’est rendue l’équipe afin de récupérer Maya et Niout, les deux gorilles. Bien que le parc Assango compte de nombreuses espèces protégées en son sein, il ne pouvait accueillir ces deux gorilles pour le long terme. C’est pourquoi, à l’issue de cette phase d’habituation sur l’ile Assango, les deux sujets devaient regagner un autre programme de conservation en vue de la réinsertion.

Afin de transporter les deux femelles, le Dr Ngoubangoye a anesthésié Niout, la femelle de 13 ans pesant un peu plus de 70 kg et placer une voie veineuse pour tranquilliser l’animal durant le transfert, afin de garantir sa sécurité ainsi que celle de toute l’équipe. Maya, âgée d’à peine un an et pesant environ 10 kg, a quant à elle profité du voyage éveillée car elle ne représentait pas un danger sécuritaire. Pour rappel, Maya avait été récupérée par le parc Assango après que ses parents aient été braconnés. Elle avait très vite tissé des liens avec Niout qui avait l’habitude de côtoyer les humains, ainsi qu’avec les soigneurs du parc Assango.

Cette fois-ci, c’est en hélicoptère que s’est effectué le voyage jusqu’à Omboué. Pendant tout le trajet, le Dr Ngoubangoye surveillait Niout de près, afin de vérifier ses signes vitaux et d’ajuster -au besoin- la perfusion qui la maintenait tranquillisé.

Une fois arrivée à bon port, toute l’équipe PGFV attendait les nouveaux pensionnaires du sanctuaire. Les deux gorilles ont immédiatement rejoint les locaux de quarantaine du parc afin de vérifier leur statut sanitaire avant de les introduire dans un groupe avec leurs congénères.

Toute l’équipe a été rassurée par le réveil rapide de Niout, un peu perturbée par l’anesthésie et le changement d’environnement.

Le lendemain, toute l’équipe est retournée au PGFV afin d’entamer le contrôle sanitaire de Maya, effectué par le Dr Ngoubangoye sous l’œil de la caméra de la chaîne TV5 Monde. Après vérification de l’état de santé de Niout, l’équipe du CDP/SGP a pu parcourir le parc et s’enquérir des nouvelles des gorilles du CIRMF précédemment transférés au parc. Cola, mâle à la corpulence impressionnante, Caroline, femelle adorée par les animaliers du CDP et l’autre femelle Tani.

Ainsi s’est achevée la mission de transfert des gorilles vers le PGFV. Pourtant, l’équipe ne s’est pas reposée et est allée effectuer la saisie d’un mangabey à collier (Cercocebus Torquatus) dans la ville de Port Gentil. Peanut, le jeune orphelin, avait été récupéré par un particulier qui avait contacté de lui-même Save Gabon’s Primates afin de lui offrir une vie meilleure. Le nouveau pensionnaire a ainsi rejoint le CDP où il demeure en quarantaine dans l’attente de ses résultats, avant d’être réhabilité en milieu naturel.


Article rédigé par Mélanie Foutrel, bachelor en communication, bénévole de l’association